Ave Maria

Marcelo Medeiros


F                                       D7 
quand deux oiseaux se battront le matin 
          G4   G 
sous la fenêtre 
  Bb/C                            Cm7 
et que leurs cris aigus te sortiront du lit 
      F                                  D7 
ne cherche ni le piège ni le mal 
                       Gm 
qui les agite ainsi 
    Db7 
regarde dans la rue 
                            F/C 
le printemps est venu 
                     G 
et si tu as aimé 
                  C              F 
tu t'attarderas ce matin-là 
 
F                                       D7 
le ruisseau qui zigzague et qui court 
G4   G 
pendant des miles 
Bb/C 
fouillant tous les bosquets 
                           Cm7 
jusqu'au  fin fond des champs 
 F                                  D7 
cherche la source froide qui l'appelle 
                          Gm 
derrière les bouleaux blancs 
                    Db7 
et tous deux réunis 
                        F/C 
confondus se taisant 
                         G 
iront mourir d'amour 
         C                      F 
dans la mer maintenant 
 
F                                       D7 
quand tu dis que tu m'aimes et que tu 
G4   G 
danses au village 
Bb/C 
avec tous les garçons 
        Cm7 
qui ont cheveux bouclés 
 
F                                  D7 
tu mens effrontément alors moi 
               Gm 
demain je m'en irai 
                      Db7 
plus loin que ce pays 
                    F/C 
plus loin que ces nuages 
                       G 
et j'enverrai la mort 
C              F 
te tuer cher visage 
    Db7 
regarde dans la rue 
                          F/A 
le printemps est venu 
                   G 
et si tu as aimé 
                C/B  C5+    F 
tu t'attarderas  ce matin-là

O melhor lugar para ver a cifra de Ave Maria é no youcifras.com.
A cifra de Ave Maria de Marcelo Medeiros servem tanto para violão quanto para guitarra.
Se você gostou da cifra Ave Maria de Marcelo Medeiros, não deixe de compartilhar com seus amigos.
Veja todas as cifras de Marcelo Medeiros.